BCBG mène l’enquête sur une épice venue d’ailleurs

Aujourd’hui on va parler de l’histoire folle d’une épice orangée dont l’essentiel de la production (80%) provient d‘Inde (en particulier les états bordant le golfe du Bengale), j’ai nommé le Curcuma! Ces dernières années on lui attribue milles et une vertus appuyés par de nombreuses publications scientifiques, mais devant cette déferlante médiatique et l’apparition d’un nombre incalculable de compléments alimentaires, comment  peut-on s’y retrouver ? Je vais essayer de vous donner quelques pistes avec les connaissances que j’ai acquises jusqu’à présent. 

curcuma-jus-bio-anti-cholesterol

Les Bienfaits du curcuma

Je ne vais vous citer ici que les vertus documentés par des études scientifiques sérieuses et les indications pour lesquelles je conseille le curcuma au comptoir en tant que complément alimentaire (les effets du curmuma en tant que cosmétique, telle que les masques ou les dentifrices maisons par exemple, manque de bases scientifiques solides à mon goût pour le moment) :

  • Activité anti-oxydante : contre les radicaux libres responsable du stress oxydatif,  dont l’efficacité se situe entre les vitamine C et E (la C étant la plus anti-oxydante). Ceci pourrait expliquer certaines des propriétés « anticancéreuses », cardio-protectrice et neuroprotectrices du curcuma et notamment de la curcumine. De plus c’est un des plus puissants inducteurs des HSP (Heat Shock Proteins : dont le rôle principal est de maintenir l’équilibre de l’organisme face aux agressions).
  • Activité anti-inflammatoire : la curcumine est très efficace en cas d’inflammation aiguë (mais montre moins d’intérêts sur les inflammations chroniques) avec l’avantage de ne pas provoquer d’irritations gastro-intestinales (effet secondaire classique de l’ibuprofène ou de l’aspirine par exemple). Pour obtenir une réduction de l’inflammation de bas grade (inflammation diverses dont fait parti le vieillissement cérébral ou les dépressions chroniques également) seulement 20-40mg/jour sont nécessaires alors que pour les maladies inflammatoires articulaires plus marqués on peut même dépasser les 500mg/jour. L’effet ressenti atteint son pic maximum une à deux heures après l’ingestion.
  • Activité hypolipémiante : de nombreuses études ont montré que la curcumine diminue le cholestérol (3 mécanismes : améliore l’activité des enzymes hépatiques responsable de sa dégradation, limitation de la production hépatique et inhibition de l’absorption du cholestérol alimentaire). Par ailleurs, la prise régulière de curcuma permet la transformation des lipoprotéines petites et denses de phénotype B (qui entraînent ces fameux bouchons dans nos artères) en phénotype A. Enfin, le curcuma améliore le profil lipidique en favorisant la synthèse de bon cholestérol et en facilitant l’élimination du mauvais cholestérol.
  • Activité détox : le curcuma stimule la phase 2 de détoxication (le but étant de transformer les produits liposolubles en produits hydrosolubles pour faciliter leur élimination), il a un rôle hépatoprotecteur et contribue à la synthèse et l’évacuation de la bile. Les signes révélateurs d’un foie dépassé par les événements sont les suivants : nausées (en présence de parfum ou tabac par exemple) avec manque d’appétit le matin, langue pâteuse, coup de fatigue après les repas, migraines… Une détox 2 fois/an me semble tout à fait raisonnable.

MES CONSEILS DE PHARMACIEN

852_Curucuma_Kapseln_335

Comme tout complément alimentaire à la mode, vous verrez une multitude de laboratoires vous proposer du curcuma. Faites bien attention à la provenance de vos produits car de nombreux laboratoires peu scrupuleux vont utiliser du curcuma de mauvaise qualité avec un pourcentage faible en curcumine (vérifier bien l’étiquette car  la transparence est gage de qualité) ou pire encore avec la présence de plomb ! Il faut noter que le curcuma utilisé seul possède une très mauvaise biodisponibilité, cela est dû à sa faible absorption,  à son métabolisme rapide et sa rapide élimination du système sanguin. Ainsi, la quantité de curcuma utilisée en assaisonnement (tellement de recette de plats et de boissons « healthy » ont fait leur apparition) ne sera jamais suffisante pour prétendre aux bénéfices santé stipulé dans les études (en effet il faudrait une dose orale journalière de 3.6g pour obtenir une activité pharmacologique significative). Les chercheurs ont donc exploré des pistes pour augmenter sa biodisponibilité (un produit de bonne qualité qui n’est pas assimilé n’a plus d’intérêts). Plusieurs solutions s’offrent à vous : tout d’abord les adjuvants qui  agissent en synergie telle que la pipérine (avec un ratio de 10mg pour 1000mg de curcuma) potentialisent l’absorption de 20% (cependant, petit bémol, car il s’avère qu’une utilisation régulière de poivre augmente l’hyperperméabilité intestinale, source de nombreux dégâts, donc à utiliser avec modération sinon cela nécessitera une supplémentation en glutamine pour réparer la muqueuse intestinale). La bromélaïne (dont la source principale est l’ananas) augmenterait elle aussi la biodisponibilité du curcuma (mais peu utilisé en pratique en association avec le curcuma car plus coûteux).

Autre alternative : le curcuma ayant la particularité, comme tout les polyphénols, d’être soluble aussi bien dans l’eau que dans les graisses, on peut en faire des nano-émulsions (nanoparticules de curcuma solubles dans l’eau dont les demi-vies de 12h permettent de maintenir des taux élevés dans le sang et donc un effet prolongé), ou encore du curcuma liposomal (qui me semble la meilleure solution à l’heure actuelle : souvent mélangé avec des Omega 3 bénéfiques pour la santé ) où on observe une absorption multipliée par 30 par rapport à la poudre simple. Ensuite n’oubliez pas que le curcuma possède un effet anti-coagulant. Il est donc conseillé de  stopper son utilisation au moins 2 semaines avant une intervention chirurgicale. De même, l’association avec d’autres anti-coagulants est déconseillé car un risque hémorragique est à prendre en compte. Enfin, à ma connaissance, rare sont les cas de surdosage signalés : chez  des personnes sans traitement particulier, même des doses de 8g de curcuma journalière n’ont pas présenté de risques notables chez ces l’individus.

J’espère avoir répondu à vos interrogations !

 

un avis à partager ?!?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :