BCBG a osé le peeling professionnel à domicile

Qui n’a jamais rêvé de se payer des séances chez le dermatologue afin d’en finir avec ses imperfections cutanées, mais a été stoppé Net par son compte en banque!! Il est désormais possible de se faire des séances de Peeling professionnel à moindre coût, il suffi d’un kit, du temps pour prendre soin de soi et un bon respect des consignes! A vous la peau idéale ou du moins une meilleure mine que d’habitude! Le peeling professionnel consiste à appliquer une solution chimique, plus ou moins dosée, qui gommera les couches supérieures de l’épiderme et parfois du derme (pas pour les soins à domicile hein) pour faire apparaître une peau plus éclatante et moins ridée.

shutterstock_298561922

MA SELECTION POUR VOUS

Age-Peel by FILORGA

age-peel_4

Promesses Labo & Utilisation : 5 séances pour retrouver un teint visiblement plus lisse et plus homogène (idéal également en complément des peelings médicaux). Un peeling directement inspiré des protocoles professionnels en 2 étapes :

  • Pré-peel aux enzymes de papaïne : démarre l’exfoliation en douceur. Le visage démaquillé, prendre une lingette Pré-Peel et répartir uniformément la solution sur le visage. La peau est prête à recevoir le Masque.
  • Masque Gel Peeling : un cocktail d’hydroxy-acides garantit une action efficace et progressive en totale sécurité. Appliquer généreusement le masque sur le visage en évitant le contour des yeux. Laisser poser 2 à 6 minutes. Des picotements sont ressentis, le masque agit. Rincer ensuite soigneusement avec des cotons et de l’eau.

Néocica by FILORGA

neocica_2

Promesses Labo & Utilisation : ce soin réparateur universel à la texture pansement associe des actifs apaisants et précurseurs de collagène pour favoriser, la reconstruction épidermique. Les irritations sont apaisées, la peau se régénère et retrouve son aspect d’origine. Parfait pour apaiser coups de soleil, brûlures superficielles, et toutes irritations cutanées. Appliquer trois à six fois par jour sur la zone agressée, par de très légers tapotements (favorise la pénétration des actifs : rhamnose, algue brune, mimosa et extrait de maïs).

MON AVIS

Ce soin, même si disponible en vente libre, n’est pas à prendre à la légère, il est très riche en actif (36% d’hydroxy-acides de mémoire, alors qu’un soin habituel ne dépasse pas les 5%) d’où son efficacité redoutable … 6 acides minutieusement sélectionnés pour agir en synergie : glycolique (issu de la canne à sucre, aux vertus anti-âge, exfoliant, tonifiant, éclaircissant et uniformisant le teint), lactique (extrait du lait, corrige le pH des préparations et améliore l’hydratation de la peau en plus d’une action kératolytique), malique (provient de la pomme : assouplit et dissout les cellules mortes de la peau), pyruvique (dû à la dégradation du glucose : retarde le vieillissement cutané , lutte contre l’hyperpigmentation, favorise le renouvellement cellulaire et accélère la synthèse du collagène et de l’élastine), salicylique (extrait d’écorce de Saule, à action kératolytique et antibactériens puissants, ce qui en fait un actif de choix dans le soin des peaux sujettes aux comédons), azélaïque (synthétisé par le champignon Malassezia Furfur, inhibe l’enzyme tyrosinase responsable de la synthèse de la mélanine donc rôle important dans les cicatrices disgracieuses).

Bien-être.

Les peaux sensibles, allergiques, fines, passer votre chemin! De même les personnes souffrant d’affections cutanées (rosacée, acné purulent, herpès, psoriasis...), abstenez vous pour éviter d’aggraver votre pathologie. Pour les autres, on se concentre et on suit la procédure que je préconise : bien nettoyer son visage avec un soin adapté à sa peau. Puis sur une peau bien propre et bien sèche on applique la lingette (la papaïne va commencer une exfoliation en douceur pour que le gel puisse agir sur une peau lisse et uniforme. De plus, les sensations de picotements seront aussi moindre avec ce rituel préparatif). Puis je vous conseille de faire une sensibilisation progressive avec le masque gel peeling (1ere séance : 2 minutes de pose, 2e séance : 3 minutes, ainsi de suite jusqu’à la 5e séance : 6 minutes). Si les picotements sont trop intenses, on rince abondamment de suite et on attend 2 ou 3 semaines avant de retenter l’expérience! Enfin, une fois le gel rincé, appliquer directement le gel Néocica sur l’ensemble du visage pour rétablir le pH du visage. Je vous conseille de faire ce peeling le dimanche soir car il ne faut pas d’exposition forte au soleil dans les 48h suivant le peeling (en allant au travail lundi et mardi on risque moins d’être tenté d’aller faire bronzette! mettez une protection solaire tout de même par précaution, même si vous restez à l’ombre!). Remarque : une fois les 5 séances de peeling effectué, s’il vous reste du masque gel (parce que vu le prix vous avez été économe…), vous pouvez l’utiliser seul car la peau à déjà été sensibilisé au produit (néanmoins, appliquez par la suite le Néocica comme d’habitude ou encore mieux le Méso-mask de Filorga, vous verrez les résultats seront encore plus impressionnant). Enfin, J’ai redécouvert le Néocica et c’est un réel plaisir d’utiliser ce soin SOS sans parfum à toute les sauces (petites blessures, post-épilation, feu du rasoir, coup de soleil, lèvres gercées… ). Ses actions cicatrisante et anti-inflammatoire (en 10 minutes chrono) viendront à bout de vos bobos du quotidien. Les promesses sont tenues, la peau est plus belle, plus jeune, plus uniforme, je recommande! 

 

BCBG a échappé aux coups de soleil avec Alga Maris

Le temps s’étant rafraichi à Nouméa, je n’ai pas eu l’occasion de tester cette gamme de solaire Bio dans mes placards depuis plus d’un mois. J’ai profité de ma semaine de vacance au Vanuatu pour les essayer, car le temps y est plus agréable en ce moment (la baignade et le bronzage possible encore : avis subjectif évidemment!). J’avoue avoir eu quelques appréhensions, j’avais lu un peu partout que les solaires bios étaient difficiles à étaler, laisser un fini blanc, voire même inefficaces et que le lobby du Bio était assez puissant pour les maintenir sur le marché. Après, c’est comme tout, il faut savoir qui à rédiger ces  fameux articles… le mieux était de me faire ma propre idée.

MA SELECTION POUR VOUS
Crème visage SPF 50 et le lait Visage & Corps SPF 30

Promesses labo, coeur de formules & utilisations :

A la recherche d’une protection optimale pour la peau et d’un meilleur respect de l’environnement, les Laboratoires de Biarritz utilisent exclusivement des écrans solaire minéraux.  Ce sont des poudres fines micronisées à fort pouvoir couvrant à base d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane (l’écran forme une fine couche protectrice qui s’interpose entre le soleil et la peau). Notre actif breveté, l’Alga-gorria, vient soutenir l’activité naturelle de la peau en neutralisant efficacement les radicaux libres pour protéger les cellules en évitant leur altération causée par le rayonnement solaire. L’aide aux défenses cellulaires et le ralentissement du vieillissement de la peau font de l’Alga-gorria un principe actif unique de la prévention. A appliquer avant l’exposition solaire et renouveler fréquemment en quantités suffisantes. Il est particulièrement adapté aux expositions longues (water résistant en plus) et extrêmes des activités extérieures ou sportives : mer et montagne.

alga_maris-min

Mon avis :

  • Côté composition : l’actif phare de la gamme, l’algue rouge de la côte basque (Gélidium sesquipedale), est fort intéressante de part sa composition : l’association de caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine) et d’acides aminés mycosporine-like (sorte d’écran solaire microbien) permet une excellente neutralisation des radicaux libres (5 fois plus puissant que la vitamine C suivant l’indice ORAC, traité ici cliquez) et  une lutte  efficace contre le phénomène de glycation (cause un vieillissement de la peau dont je reparlerai volontier lorsque cette dernière me réclamera de l’anti-âge…). La technique d’extraction par l’eau de mer permet un apport en minéraux essentiels supplémentaires (pour ceux qui connaissent c’est un genre de plasma de Quinton pour notre peau!). Les écrans minéraux utilisés sont classiques, l’intérêt ici étant la quasi absence de risque d’allergie (avec l’expérience, j’ai appris qu’il ne fallait jamais dire jamais…) et une parfaite innocuité qui permettent une cible plus large : enfants, femmes enceintes et allaitantes, peaux sensibles et éco-friendly (protège nos coraux donc ça devrai parler à tout le monde!). Ici ils sont utilisés sous forme de microparticules (et non nanoparticules, sujets à polémique, qui eux peuvent absorber les UV en plus de les réfléchir. Et donc moins efficaces me direz vous ? Personnellement, je penses que les écrans minéraux en micro particules ne peuvent atteindre un SPF 50, mais maximum 30 et cela me semble suffisant, il suffi d’en remettre plus régulièrement suivant nos besoins).

DSC_0104

  • Mon choix s’est porté sur la crème visage SPF 50 (car ayant la peau grasse et sujette aux boutons et tâches au moindre dérapage, je sais l’importance d’une protection maximale sur mon type de peau. Par ailleurs je ne cherche pas à bronzer à tout prix donc au niveau du visage, plus l’indice est fort, plus ça me plait!) qui est sans parfum (car comme il m’arrive d’utiliser un sérum et/ou une crème de jour, que je mélange volontiers à la crème solaire dailleurs pour une application plus rapide, je préfère ne pas avoir d’interférences au niveau des odeurs). Pour le corps j’ai choisi le lait SPF 30 (ma peau d’asiatique plutôt résistante ne nécessite pas un indice très élevé sur le corps, d’autant plus que je l’applique minutieusement et correctement sur toute les zones exposés) qui sent bon le coco et le karité (synonyme de vacances au soleil. En général, pas besoin d’hydrater mon corps avant l’exposition, le solaire me suffi donc l’odeur n’est pas dérangeante). Même si le lait peut être utilisé pour le visage, j’ai pour habitude de séparer les produits que je mets sur mon corps et mon visage, les 2 types de peaux n’étant pas toujours en accord. Les flacons Airless sont TOP pour éviter de perdre du produit et les contenances sont facilement transportables (50 et 100 mL, donc même dans les valises ça passe!, et honnêtement on en utilise peu comparé aux crèmes solaires classiques car je n’ai pas ressenti le besoin de m’en tartiner souvent). Bilan de la semaine d’utilisation : application facile (s’étale très bien sur la peau et vite absorbé), l’effet blanc initial est très vite atténué (il ne disparait pas complètement mais c’est très prometteur par rapport aux autre écrans minéraux que j’ai pu tester dans le passé. Je penses aussi qu’il faut apprendre à le doser), la peau ne colle pas, ne brille pas plus que d’habitude, et surtout Zéro coup de soleil (même pas cette petite sensation inconfortable de tiraillement que l’on ressent lorsque la peau est déshydratée). Je valide et je réutiliserai ces produits avec grand plaisir lors de la prochaine exposition! (la gamme est assez étoffée, vous trouverez sûrement vous aussi votre bonheur!)

3 PETITES QUESTIONS DE COMPTOIR :

le-soleil-et-notre-peau

  1. Comment sont définis les indices de protection solaire, les fameux SPF (Sun Protection Factor)? La méthode utilisé par les industriels consiste à irradier le dos de volontaires avec des UV après leur avoir appliqué 2mg/cm2 de crème puis de mesurer le temps d’apparition d’un coup de soleil (ainsi une crème SPF 30 permet à la peau  de mettre 30 fois plus de temps à avoir un coup de soleil qu’une peau non traitée). En réalité, les études montrent qu’à la plage, la moyenne appliqué n’est que de 0,5mg/cm2, donc une surestimation de la protection est indéniable (on se rassure : on bronzera malgré l’indice élevé et vaut mieux ça que pas de protection du tout!)
  2. Pourquoi les filtres chimiques ont mauvaises presses? Bien que facile à étaler, sans fini blanc et parfois avec des odeurs à tomber. Il faut savoir que les filtres organiques (autre nom possible) absorbent les UV et qu’il faut un cocktail de 4 à 6 filtres pour obtenir un SPF 50. Chacun sait que plus la formule est enrichie en ingrédients, plus le risque d’allergie est grand (certains sont même suspectés d’être perturbateurs endocriniens). De plus, ces filtres polluent notre environnement et perturbe l’éco-système de notre belle planète. A éviter si possible…
  3. Doit-on se protéger à l’ombre? OUIIII et c’est vivement recommandé car on peut  récolter de sacré coup de soleil si on ne fait pas attention. En effet, c’est dû à la réverbération (pour info : le sable et la surface de l’eau réfléchissent entre 10 à 20% des rayons et l’herbe environ 1 à 5 %). Par ailleurs le rayonnement UV est conduis par les particules en suspension dans l’air et dans l’eau (on ne peut pas y échapper!). En gros il faudrait un parasol d’un rayon d’1 mètre (2 mètres de diamètre donc)  pour estimer une protection efficace contre le rayonnement direct (personne n’a ça à disposition en vrai, et pire en Calédonie, le parasol c’est carrément une option, ici l’élément indispensable c’est la natte ou la glacière hahaha).

45

 

%d blogueurs aiment cette page :